BMO - Ville30 - Header Bilan.jpg
Partager :

Bruxelles Ville 30 - un an après.

Le 1er janvier 2021, rouler à 30 km/h devenait la règle générale dans les rues de la capitale. Un an après ce changement majeur, quel bilan tirer de ce projet en terme de sécurité routière et de qualité de vie en ville?

Le bilan de cette première année de "Ville 30" à Bruxelles est positif sur de nombreux plans : vitesse moyenne plus basse sans augmentation des temps de parcours, réduction du nombre et de la gravité des accidents, réduction du bruit,... Découvrez ci-dessous les résultats détaillés. Bien entendu, l'évaluation des indicateurs a été réalisée de manière à ce que les chiffres des différentes années puissent être comparables, malgré le contexte COVID.

Elke Van den Brandt, Ministre de la Mobilité : "Maintenant que la Ville 30 est en vigueur depuis un an, nous pouvons tirer des conclusions avec un peu plus de certitude. La vitesse est réduite sur toutes les routes et la pollution sonore diminue également. ​ Les accidents de la circulation sont moins fréquents et nettement moins graves. Le nombre de décès ayant été divisé par deux, nous sommes sur la voie de la 'vision zéro'. Mais le travail n'est pas terminé. Nous continuerons à adapter les infrastructures et à investir dans le contrôle de la vitesse. Notre objectif reste zéro mort et zéro blessé grave à Bruxelles."

Constat 1 : la Ville 30 diminue la vitesse moyenne partout à Bruxelles

L'agrégation des données de contrôle de vitesse de janvier à fin novembre 2021 indique une diminution visible et constante de la vitesse moyenne sur l'ensemble des voiries, qu'il s'agisse de voiries limitées à 30km/h ou 50 km/h.

 
 

 

Le respect des limitations de vitesse a augmenté. En 2020, dans les rues qui étaient limitées à 30 km/h, 10,4 % des véhicules enfreignaient cette limitation. ​ En 2021, cette proportion tombe à 8 %, une réelle amélioration, d'autant plus que davantage d'axes sont aujourd'hui limités à 30km/h dont certaines voiries importantes, auparavant à 50km/h, comme la ch. de Gand, la ch. de Louvain, l'av. Brugmann,...

Cette réduction de vitesse moyenne n'a pas d'impact sensible sur les temps de trajet des usagers. Les temps de trajet sont restés plus ou moins stables sur chaque itinéraire mesuré et ce quelle que soit l'heure (heure de pointe - heure creuse).

Moyenne des temps de trajets médians pour 12 trajets types dans Bruxelles mesurés à différentes heures pendant les 4 semaines précédant Noël
Moyenne des temps de trajets médians pour 12 trajets types dans Bruxelles mesurés à différentes heures pendant les 4 semaines précédant Noël

Kristof De Mesmaeker, Directeur à Bruxelles Mobilité : "Pour continuer à inciter les automobilistes à respecter les limitations de vitesse et surtout diminuer les risques d’accidents aux endroits sensibles, nous poursuivons notre programme de placement de radars" .

En plus des 90 radars fixes existants, 28 nouveaux radars fixes devraient être opérationnels début février. Bruxelles compte actuellement 6 radars-tronçons. Il est prévu d'en mettre en service un supplémentaire dans les mois qui viennent sur la chaussée de Gand. En parallèle, l'installation de 50 radars préventifs avec afficheurs de vitesse est en cours.

Constat 2 : La Ville 30 réduit le nombre d'accidents et leur gravité

Le premier bénéfice attendu de la Ville 30 était clairement une amélioration de la sécurité routière et sur ce point, le bilan réalisé sur les premiers mois de 2021 se confirme. Les chiffres indiquent une diminution du nombre de personnes décédées et de blessés.

Nombre absolu de décès sur place (bleu) et de blessés graves (orange) pour les accidents comptabilisés sur les 9 premiers mois de l'année (évolution depuis 2017)
Nombre absolu de décès sur place (bleu) et de blessés graves (orange) pour les accidents comptabilisés sur les 9 premiers mois de l'année (évolution depuis 2017)

Constat 3 : La ville 30 réduit le bruit et améliore la qualité de vie en ville.

Passer de 50 à 30 km/h permet de diminuer le bruit lié au trafic routier de plus de moitié dans certains cas. Bruxelles Environnement constate une baisse des niveaux de bruit, allant de 1,5 à 4,8 dB(A) en fonction de la période horaire considérée, de l’endroit, du type de trafic et du revêtement du sol. C’est plus qu’attendu ! Les différences les plus fortes se marquent principalement la nuit, chaussée de Wavre à Auderghem et avenue du Port à Bruxelles-ville mais aussi, et c’est plus étonnant, avenue Charles Quint à Ganshoren, une artère très fréquentée, restée à 50km/h. Cette dernière voirie bénéficie donc de la réduction de la vitesse prévue dans les rues avoisinantes. Voilà qui est particulièrement bénéfique pour le sommeil des riverains.

Autre enseignement : la part de la population exposée à des niveaux sonores supérieurs aux seuils de l’Organisation mondiale de la Santé diminue également. La baisse va de 10% pour l’avenue Charles Quint à 19% pour la chaussée de Wavre la nuit.

Marie Poupé, experte bruit chez Bruxelles Environnement : "Créer une ville apaisée est essentiel pour le bien-être des Bruxellois et des Bruxelloises mais aussi pour leur santé. ​ Le trafic routier est la 1ère source de bruit dans la capitale, les nuisances sonores sont aussi la 2ème cause environnementale de morbidité après la qualité de l’air. Une exposition trop importante au bruit peut provoquer des problèmes auditifs, des insomnies, des difficultés d’apprentissage et de concentration, et peut augmenter les risques cardio-vasculaires. C’est donc une question de santé publique. La Ville 30 est un levier important pour améliorer la situation".

Constat 4 : Bruxelles se transforme - les petits aménagements de sécurisation se multiplient.

Bruxelles Mobilité a réalisé cette année une série de petits travaux d'infrastructure permettant de réduire physiquement la vitesse pratiquée et sécuriser les carrefours : placement de coussins berlinois, avancées de trottoirs, passages piétons surélevés, rétrécissement de bandes de circulation, etc.

Quelques exemples : ​ marquages et nouveaux coussins berlinois sur le boulevard Guillaume Van Haelen, l'avenue Albert, le boulevard de la Plaine ou encore la chaussée de la Hulpe, sécurisation du carrefour avenue Milcamps - chaussée de Louvain, test de fermeture de l'avenue Broustin à hauteur de Gloires nationales,...

Nouveau plateau trottoir traversant chaussée de Louvain
Nouveau plateau trottoir traversant chaussée de Louvain

Contacts presse:

- Camille Thiry pour Bruxelles Mobilité : 0499/58 81 99

- Pascale Hourman pour Bruxelles Environnement : 0490/52 37 89

Recevez des mises à jour par e-mail

En cliquant sur « S'abonner », je confirme avoir lu et accepté la Politique de confidentialité.

A propos de Bruxelles Mobilité

Au sein de la Région de Bruxelles-Capitale, Bruxelles Mobilité gère la définition des stratégies de mobilité, la sécurité routière, les projets d’aménagement, de renouvellement et d’entretien des espaces publics et des voiries régionales ainsi que les infrastructures de transport en commun et les taxis.

Notre administration remplit ainsi des missions essentielles à la qualité de vie dans la Région et à son développement durable et harmonieux.

mobilite-mobiliteit.brussels

Contact

2 Place Saint-Lazare - 1035 Bruxelles

0800 94 001

[email protected]